+33 (0)1 56 88 29 60

gvdb@amphytrium.fr

Critique d’article : la guerre des talents Public Privé

CRITIQUE DE PRESSE, Le Monde

Dans un article paru dans le Monde le 7 juin 2011 intitulé  « Le grand Match Privé-Public pour attirer les talents », Nathalie Quéruel nous donne plusieurs exemple réussis de mobilité Public vers Privé, et témoigne que le secteur public est désormais entré dans la guerre des talents !

Le débat est intéressant, mais pas nouveau.

 

Intéressant, car à travers les exemples fournis, nous avons l’illustration que le secteur public a pu former et faire progresser les meilleurs  potentiels du pays. Plusieurs raisons sont d’ailleurs apportées, leur formation de base en premier lieu (« ils sont les meilleurs de leur génération », les exemples sont d’ailleurs des polytechniciens, ENArques  ou HEC) ou encore  leur implication dans des dossiers complexes notamment dans le cadre des transformations du Secteur Public. A ce sujet, notons que le principe du concours dans l’administration, si décrié, a notamment participé à faire de notre secteur public un des plus compétents et des plus cultivés qu’il soit. Ce système n’est pas seulement applicable aux membres des cabinets, aux élites de l’administration, mais à tous les échelons du système.

 

Le débat n’est cependant pas nouveau, car l’article suggère d’ailleurs lui-même que les origines scolaires des talents qui sont cités sont les plus grandes écoles françaises, et que «les patrons les plus enclins à faire venir des hauts potentiels de la fonction publique sont, en général, issus du même moule ».  La question du clonage des élites n’a pas de frontière public-privé ; elle est une spécificité française qui a montré bien ses limites, même si personne ne remet en question l’intelligence et la capacité de travail des jeunes formés aux grandes écoles de la république.

 

La présentation des talents faite dans l’article est enfin réductrice : le talent n’appartient pas uniquement aux directions de cabinet et n’a pas forcément été élève de Polytechnique. D’ailleurs, toute la seconde partie de l’article évoque un autre objectif de ces transferts pour le privé, capter les réseaux d’influence des hauts fonctionnaires, et à « la course à ceux qui maîtrisent les rouages intimes de l’administration ». Aucun exemple dans l’autre sens (du privé vers le public), aucun exemple hors dirigeants.  Les talents sont aussi les experts, les porteurs du changement, les leaders des transformations. Et pour eux, les transferts vers le privé sont moins organisés, même si des passerelles existent depuis quelques années.

 

En dehors d’une élite bien identifiée, il n’est pas si sûr que la guerre des talents soit lancée. Le secteur privé a encore une bonne longueur d’avance. Pourtant, le secteur public aurait intérêt à s’y engager moins pour faire venir les talents, que pour les garder. La vraie novation serait d’observer des Partenariats Privé Public  en RH sur des sujets comme le recrutement, la  formation ou la carrière, de telle sorte que l’on puisse parler d’un seul marché. Il nous faut encore du temps pour faire avancer l’idée auprès des dirigeants et des DRH…

 

Géraldine VAN DER BEKEN, CEO Amphytrium

article publié sur RH-Info, le 01 août 2011

Partager:
  • Twitter
  • email
  • LinkedIn
  • viadeo FR

Laissez un commentaire

* Ces éléments sont nécessaires au bon traitement de vos commentaires.